05/04/2009

The Wedding Banquet - Ang Lee - 1993

"- Je pensais que les chinois étaient modérés et contemplatifs…
- C'est ce que vous pensez... là, c’est le résultat de 5000 ans de répression sexuelle!"

22:03 Écrit par Sekline dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film |  Facebook |

01/02/2009

Critique de film: Afterwards- Gilles Bourdos (2008)

Afterwards (Et après) – Gilles Bourdos (Avec John Malkovich, Romain Duris et Evangeline Lilly).


Film dont l'affiche (Réalisateur et acteurs) est alléchante, mais qui déçoit énormément. Je le note 5, même si j'ai hésité lui donner 4, car je pense qu'il est toujours intéressant de voir un film, bon ou mauvais, pour se forger sois même une impression.
Malgré un jeu d'acteur absolument magnifique, le sujet reste banal et, à mes yeux, beaucoup trop tiré par les cheveux.


Je n'ai pas lu le roman de Musso dont le film Afterwards est une adaptation. C’est certainement un tort. Mais je pense qu'il s'agit d'une catégorie d'ouvrage, tout comme "Et si c'était vrai" de Lévi, qui ne doit pas être adaptée au cinéma. L’imagination, l’appropriation du texte par le lecteur doit lui être propre. Il existe donc une multitude de versions, d’impressions et de sentiments variés provoqués par cet ouvrage. Les adaptations cinématographiques n’en proposent d’une seule, arbitrairement.
Le film tire en longueur, plans inutiles, la morale chrétienne berce le propos du début à la fin, la morale reste faible et bien connue: "profitez de la vie, et aimez vous les uns les autres"... Un peu faiblard, non? Mélodrame tournant en rond. Je pense que la lecture de l'ouvrage de Musso doit faire un autre effet. Probablement moins dramatique. Il est clair que le sujet de la mort est une thématique très intéressante à développer, mais je trouve que l'interprétation de Gilles Bourdos nous plonge trop dans le fanatisme religieux. Cela est fort dommage.


Je ne pense pas non plus que tout soit à jeter dans ce film. En effet, et comme je l’ai dit plus haut, les acteurs sont très bon. Malkovich n’est plus à présenter, et Romain Duris intègre parfaitement son rôle. Il est Nathan. Son indifférence première, son angoisse grandissante est toujours perceptible, les crises de nerfs, son intense tristesse, sa détresse, tout cela est lisible à deux cent pourcent. Merveilleuse interprétation. Evangeline Lilly est surprenante. Elle quitte son rôle de naufragée de Lost, pour devenir une naufragée de la vie. Elle est déchirée et forte. Très belle elle est, et très belle elle reste, jusqu’au bout. La petite fille de Nathan et Claire est attendrissante, intelligente et très mature.
Musique contemporaine, mêlant ambiance et jazz, la bande originale d’Alexandre Desplat est irrégulière et provoque une ambiance glauque intéressante qui m’a assez charmée.
La photo du film est harmonieuse malgré une grande quantité de plans poético dramatiques inutiles.


Pour conclure, Afterward est à mes yeux, un coup dans l’eau, malgré certaines belles qualités cinématographiques qui hélas ne suffisent par à redresser l’ensemble.
Voyez le, mais pas au cinéma.

17:07 Écrit par Sekline dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film |  Facebook |

07/04/2008

Tim Robbins - Dead Man Walking - 1995

Je viens de voir le film « Dead man walking » de Tim Robbins datant de 1995 avec, dans les rôles principaux, Susan Sarandon interprétant Helen Préjean et Sean Penn, Matthew Poncelet.

Synopsis :

« Matthew Poncelet (Sean Penn), condamné à mort pour l'assassinat horrible d'un jeune couple, attend depuis six ans son exécution. Il écrit un jour à soeur Helen Prejean (Susan Sarandon). Elle accepte de le rencontrer et de devenir sa conseillère spirituelle lorsque la date fatidique est fixée. Parallèlement, elle tente, avec l'aide d'un vieil avocat, Hilton Barber (Robert Prosky), d'obtenir la commutation de la peine capitale en prison à vie» ( Bernard Sellier, dans son article sur le dit film, http://www.imagesetmots.fr/pages/cinema/derniere_marche.htm ).<

Mon avis :

Je ne désire pas ici enflammer un débat qui depuis longtemps déjà ne cesse de retourner les esprits. J’éprouve simplement le besoin de communiquer une douleur que j’ai éprouvée en voyant ce film.
Une douleur, mais aussi une envie de rébellion, une incompréhension face à un monde si illogique.
Je me suis sentie perdue, ne sachant plus quoi penser de la peine de mort... Incroyable, mais quelques instants, je me suis remise en question. Mais très vite, j’ai repris mes esprits. Je suis contre, absolument contre la peine de mort, malgré le fait que des criminels aient commis des meurtres abominables, je reste sur mes positions. Ce film est en effet un plaidoyer contre la peine de mort, ayant, parmi ses acteurs, la foi chrétienne. En effet, la sœur Helen Préjean tente de faire passer les valeurs chrétiennes du pardon chez les parents des jeunes adolescents assassinés et violés sauvagement... Comment pardonner... Comment pouvoir pardonner un tel acte ? Je pense que cet outil ne soit pas là par hasard, ni par pure « habitude » du schéma cinématographique américain. Ces valeurs d’amour de pardon si justes et belles, je les partage, malgré mon athéisme. Il ne faut pas être chrétien pour avoir de telles valeurs. Or, j’ai eu un vague sourire ironique, en connaissance des faits historiques, en repensant au actions chrétienne... Il est vrai qu’il on toujours dépendu l’amour, le respect, la joie, le pardon, l’égalité, etc. autour d’eux... Bref... XD
Quel illogisme que cette peine capitale qui donne la mort à quelqu'un qui donne la mort à autrui (je renvois ici au dessin issu des Idées noires de Franquin qui parle de lui-même...) Les chrétiens on fait tellement preuve d’illogisme durant des siècles que cet entêtement se retrouve dans les mentalités aujourd’hui.
Pourquoi la peine de mort ? Où est le monstre ? Qui est le responsable de la mort ?? « (...) Le développement de la haine, celle des autres, de ceux que l'on catalogue comme responsables de notre mal-être, mais aussi et surtout celle de soi-même, qui conditionne et enfante la première. Cette haine qui n'est que la simple absence d'amour pour la vie.»( Bernard Sellier, dans son article sur le dit film, http://www.imagesetmots.fr/pages/cinema/derniere_marche.htm ).
J’ai trouvé ce film fort loin du manichéisme habituel américain. Le criminel n’est pas sauvé de justesse à la fin... Non, il reste clair dans les esprits que Matthew Poncelet est une ordure de la pire espèce violeur et assassin. Cependant, le réalisateur, aidé par un jeu des acteur décidément très fin, montre avec une profonde justesse ce problème de la responsabilité du crime, du fait de rejeter la faute sur les autre, de protéger son ego, son individualité. On est touché par l’abomination vécue par les parents des victimes, qui demandent réparation... mais quelle réparation ? La mort d’un homme réparera t’elle la perte d’un enfant ? Quelle tristesse, quelle poids sera-t-il ôté à leur cœur ? « Justice sera faite » ??? « Œil pour œil dent pour dent » dit la loi du Talion utilisée comme argument allant en faveur de la peine de mort. Or, dans notre film, cet argument est aussi employé mais dans un cadre se disant chrétien, cette belle Amérique... pourtant, le fils de leur Dieu n’a-t-il pas dit : « Vous avez appris qu'il a été dit : œil pour œil et dent pour dent. Et moi, je vous dis de ne pas résister au méchant. Au contraire, si quelqu'un te gifle sur la joue droite, tends-lui aussi l'autre. A qui veut te mener devant le juge pour prendre ta tunique, laisse aussi ton manteau. Si quelqu'un te force à faire mille pas, fais-en deux mille avec lui. A qui te demande, donne; à qui veut t'emprunter, ne tourne pas le dos. » (Matthieu 5,38-42) ?
Je me répète...quel illogisme... quelle horreur de se sentir si impuissant face à la connerie humaine...


FranquinInoires


Je vous conseille la lecture de l'article de Bernard Sellier, au sujet du film et de la peine de mort: http://www.imagesetmots.fr/pages/cinema/derniere_marche.htm

00:38 Écrit par Sekline dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : film |  Facebook |

20/01/2008

Enchanted - Le délire!



Je pensais pas que Disney oserait... Mais là... c'est le film le plus mythique de l'année! Ci dessus, "comment savoir que tu l'aimes" par la princesse Gisèle, et les passants de central Parc (probablement, c'est à New York!) Merveilleux^^

12:14 Écrit par Sekline dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film |  Facebook |

25/11/2007

Breakfast on Pluto - Neal Jordan

Synopsis:
Adapté d'un livre de Pat McCabe, Breakfast on Pluto retrace le parcours d'un jeune homme Patrick Braden, qui a été abandonné par sa mère alors qu'il n'était encore qu'un bébé. En grandissant, Patrick, alias "Minou" ou "Kitten" comprend très vite que son moi profond ne correspond pas à ce corps d'homme. Rejetté par sa mère et sa soeur d'adoption,il gagne alors le Londres des années 70. Minou erre alors dans le monde de la nuit à la recherche de l'amour...
Grâce à un scénario subtil, le réalisateur Neil Jordan (notamment réalisateur de "Un Entretient avec un vampire") transpose à l'écran cette fable moderne et signe une comédie dramatique qui révèle tout le talent de Cillian Murphy, acteur principal du film de Ken Loach, Le Vent se Lève, Palme d'Or à Cannes en 2006.

Gallerie photos
breakfast op
breakfast op2
breakfast op5

Extraits:
Trailer:

Le délire de Minou:

Mon avis:
Cette fable, transpirante de réalisme est à la fois dure et douce, rassurante et angoissante. J'ai pris un plaisir fou à voir et à revoir ce film. Cillian Murphy, que j'avais vu dans "Batman Begins" m'a absolument épatée. Deux rôles absolument opposés, mais qu'il interprète avec un naturel sans égal. Je suis amoureuse de ce film, engagé, pointant du doigt les discriminations, les injustices de ce Londres années 70 à l'époque des émeutes entre Irlandais du Nord et du Sud.
J'aimerais croiser un jour une personne comme Patrick Minou Braden, pour sourire enfin de voir une personne fière de ce qu'il est, mené par ses rêves, et qui y crois toujours. Quelqun qui n'est pas désabusé.
Merci à Neal Jordan pour ce moment de pur bonheur!

10:47 Écrit par Sekline dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film |  Facebook |

30/07/2007

Un clin d'oeil à un très grand homme...

Michel Sérrault nous a quitté ce 29 juillet 2007 des suites d' maladie rare (appelée polychondrite atrophiante),... Grand acteur, comédien au théâtre comme au cinéma, il a joué dans plus 100 films... ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Serraut )il a notamment reçu trois César dont un pour Garde à vue de Claude Miller (meilleur acteur) et un autre pour Nelly et Monsieur Arnaud de Claude Sautet...
Le cinéma français à perdu un de ses plus grand acteur... D'abord Noiret, puis Sérrault... Mais la vie est ainsi faite... Renaud dirait "j'espère qu'ils seront au bistrot des copains..." en compagnie de Vian, Deproges, Gainsbourg, et tous les autres...

« Je n'ai plus peur de la mort depuis que j'ai appris que je ne serai pas le premier à passer par là. » - Michel Sérrault -

Au revoir Monsieur Sérrault...

michelserault

12:22 Écrit par Sekline dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film |  Facebook |

13/07/2007

Cinéma: Le bal des vampire de Roman Polanski, 1966

le bal des vampiresDernier film visionné.


Synopsis:
Le Professeur Abronsius parcourt l'Europe centrale à la recherche des vampires, en compagnie de son jeune assistant, Alfred. Leur quête les conduit jusqu'au fin fond de la Transylvanie subcarpatique. Les deux hommes font halte dans un village, où ils sont témoins d'une série d'évènements étranges... L'enlèvement de Sarah (très jolie rousse, entre parenthèse ndli*), la fille de l'aubergiste Shagal, les conduit jusqu'au mystérieux château du comte Von Krolock...*ndlri: note de l'éditeur irresponsable

Mon avis:
Comédie plagiant les films ayant pour thème les vampires. Un film drôle, photographiquement parlant génial, avec une mise en scène remarquable et des décors somptueux (j'ai un petit faible pour les films en costume d'époque...). L'histoire prend cependant beaucoup de temps à se mettre en place et certains passages humoristiques sont un peux lourds... Un film qui a mal vieillit?
Bref, loin d'être le meilleur Polanski, le bal des vampire fût plus un bon délire qu'autre chose... Un bon moment , malgré tout. Personnellement, j'ai adoré le Pianiste... Mais bon... c'est un autre genre...

Photos du film:
bal03bal15bal04

17:01 Écrit par Sekline dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film |  Facebook |